De Saint-Paul-des-Métis à Saint-Paul : un pan d’histoire franco-albertaine

Un noyau francophone bien vivant en Alberta  

un pan d’histoire franco-albertaine

De nos jours, Saint-Paul compte près de 5 500 habitants. Située au nord-est d’Edmonton, elle est avant tout une ville de services pour les villages environnants, mais aussi un centre culturel qui reflète la diversité ethnique de la région. Chaque année, de nombreux évènements sont organisés en ville, notamment la cabane à sucre de l’Association canadienne-francaise de l’Alberta, le souper Ukrainien aux pérogies, le pow wow de la réserve de Saddle Lake et finalement les finales du Lakeland Rodeo Association (LRA).

Même si la population s’est diversifiée avec le temps, Saint-Paul est avant tout une  communauté francophone qui offre de nombreux services en français.  La régionale de Saint-Paul de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) joue d’ailleurs un rôle central pour faire valoir les intérêts de la communauté et contribuer activement à son développement global. Le dynamisme de Saint-Paul s’exprime en politique mais aussi dans le domaine de la culture. Suite à l’adoption en 1982 de la Charte canadienne des droits et libertés, un petit groupe de parents francophones décide de se doter d’une école française, l’École du Sommet qui ouvrira ses portes en septembre 1990. En novembre 1993, le gouvernement de l’Alberta remet aux francophones la gestion de leur système scolaire. Le Conseil scolaire du Centre-Est est créé. Il administre les écoles de Saint-Paul, Plamondon, Bonnyville et Cold Lake. Son siège social est à Saint-Paul.” par Kermoal, Nathalie